Comment vous décririez vous en quelques mots ?

Jordan : Je suis un jeune de 22 ans, j'aime bien l'aventure. J'aime bien avoir des activités où l'on est amener à se déplacer et rencontrer du monde. Découvrir l'inconnu est pour moi essentiel. Sociable, j'aime bien faire de nouvelles rencontres, j'ai de l'humour et je suis un bon vivant.

Que pensez-vous apporter à l'association ?

Jordan : Je souhaite apporter à l'association et aux enfants suivis par l'association, partager mes connaissances sur les métiers du bâtiment, aider à la construction des locaux sur place, participer aux activités avec les enfants ...

Comment avez-vous connu l'association ?

Jordan : J'ai connu l'association par l'intermlédiaire de José, un de mes voisins à Angers.

Est-ce la première fois que vous vous intégrez une mission de type humanitaire ?

Jordan : Oui. Je n'ai jamais fait d'humanitaire en association. J'ai déjà fait des dons à médecins sans frontières sinon.

Que savez-vous faire qui pourrait aider l'association ?

Jordan : Je pars du principe que la motivation compte beaucoup pour un volontaire dans une association caricative.

Pourquoi avez vous envie de partir ?

Jordan : J'ai très envie de visiter du pays et de découvrir d'autres cultures. Depuis longtemps, j'ai toujours eu envie de voyager. L'ADPT est un moyen pour moi d'allier voyage et bonne action car cela me permettrait d'apprendre d'un pays et de ses coutumes tout en rendant service à la population.

Combien de temps comptez vous partir ?

Jordan : Pour le moment, découvrant l'humanitaire, je pense commencer par trois mois et si cela me convient, pourquoi pas ne pas rester plus longtemps.

Que comptez vous faire de votre temps de libre ?

Jordan : Il faudra voir sur place, je compte sortir et visiter du pays. J'adore la nature, je pense visiter les endroits typiques de la région de Dakar, pour commencer.

Quels sont les moyens de transport que vous comptez utiliser ?

Jordan : Avec mon cousin Geoffrey, étant donné que nous partons ensembles, nous pensons louer un véhicule sur place, si c'est possible.

Est-ce que vous pensez que vous arriverez à changer vos habitudes pour vous adapter à la vie de la capitale sur place ?

Jordan : Bien sûr. J'imagine bien la vie n'est pas la même que chez nous. Je ne prendrai pas le risque de partir si je n'étais pas d'accord avec l'optique de m'adapter à la culture Sénégalaise.

Quand pensez-vous partir ?

Jordan : En avril.