Réseaux sociaux

FacebookTwitter

Blog From Angers to Dakar par Marie DEGUIGNE

 

 

From Angers to Dakar
 
Publié par Marie Deguine




Direction Dakar, au fin fond d’un marché, une boutique parmi tant d’autres, où l’on trouve des déodorants, du thiouraye, des parfums en détail et en gros. L'objectif ici est d'acheter du parfum en gros, au litre ou au demi-litre, ainsi que des fioles par douzaines, de petites et moyennes tailles.
 
L’art de transvaser des bouteilles de parfum
L’art de transvaser des bouteilles de parfum
L’art de transvaser des bouteilles de parfum

Pour cette fois, ce sera Fruit d’été et Miel, deux parfums sucrés aux senteurs estivales et féminines, ainsi que Lord et le dernier parfum à la mode, j’ai nommé le Donna, deux autres parfums plus masculins.

Ne reste plus qu’à se trouve un coin aéré, et remplir doucement chaque fiole.

L’art de transvaser des bouteilles de parfum
L’art de transvaser des bouteilles de parfum

Ensuite on refourgue les petites et les moyennes fioles à des revendeurs du coin, et au final, cela fait un rendement de…150% !

Petite astuce, si l’on colle une étiquette avec le nom inscrit dessus, on peut multiplier le rendement par deux !

L’art de transvaser des bouteilles de parfum

Simplement une autre technique pour gagner quelques francs CFA.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

5 Novembre 2014, 11:35am

Publié par Marie Deguine

« Je m’appelle Omar Lam, je suis un ancien talibé. Depuis quelques mois, je viens tous les jours au centre Adpt élémen’t’erres à Keur Mbaye Fall pour prendre mon petit-déjeuner. Je m’occupe souvent du jardin du centre. J’ai suivi des cours d’alphabétisation avec deux toubabs puis avec un vrai professeur. Le professeur m’a aussi fait des cours en maintenance informatique. Maintenant, je fais les bancs pour la première fois de ma vie, je suis en classe de CE2 de l’école Keur Soa de Grand Mbao. Je suis le plus grand élève de l’école mais j’ai un grand sourire et je suis heureux d’aller en classe le matin quand je me lève à 7 heures. »

L’école Keur Soa se trouve à Grand Mbao, à deux pas de la plage.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Omar Lam est en CE2, et en quelques semaines à peine, il a déjà progressé.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Il ne participe pas en classe et n’arrive pas à prendre tous les cours mais les élèves l’ont intégré et l’entraide est bien présente.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Au programme ce matin, correction des exercices donnés la veille ; une bonne partie des élèves ne possède pas de livre de cours, mais certains se sont débrouillés pour recopier l’exercice le soir, chez un voisin. Nous enchaînons sur une leçon de grammaire. Objectif : repérer le COD.

Omar, de corvée de tableau
Omar, de corvée de tableau
Omar, de corvée de tableau
Omar, de corvée de tableau
Omar, de corvée de tableau

Omar, de corvée de tableau

Puis la matinée s'enchaîne sur une leçon de géographie ayant pour thème : l’orientation.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
A la récré, professeurs et élèves vont dans la rue devant l’école pour acheter des petits encas et des boissons sucrés.
 
Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

J’en profite pour discuter un moment avec la directrice, Madame Seck.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Avant de retourner en classe, les élèves se mettent sur deux rangs, du plus petit au plus grand, les filles d’un côté, les garçons de l’autre et chacun lave ses mains dans une bassine.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Omar est le dernier de la file des garçons

Omar est le dernier de la file des garçons

Une punition de rigueur pour les mauvais élèves : on se met à côté du tableau, bras croisés et on se tient les oreilles !

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Quelques heures en classe ont suffi pour que je lance la mode à Mbao !

Une règle dans cette classe : on parle en français. La règle est bien entendu transgressée à tout moment, que ce soit par les élèves ou même par le professeur, qui passe parfois en wolof pour être certain d’être bien compris de tous. Quand on parle wolof, on se récolte le « Symbole », qui est tout simplement…un os à moelle.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Les élèves se passent le Symbole d’eux-mêmes et sont aux aguets du moindre mot en Wolof. Omar parle encore trop souvent en Wolof. Cependant, il commence à utiliser le français, par exemple pour nous parler régulièrement sur Facebook quand il se connecte au cyber centre près de chez lui.

Dans cette conversation, il rapporte que sa mère luit a dit de ne plus venir à Keur Mbaye Fall.

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Ici, il me demande de publier sur son mur Facebook, les photos de la sortie aux Amis de la Nature :

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Ecrit phonétiquement, cela reste du français, et c'est déjà une grande victoire !

Omar, merci à toi !

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Un de mes surnoms octroyé par Omar : "Goungoune" qui signifie basilic, car j'en réclamais à Pape pour en mettre dans le thé...

Un de mes surnoms octroyé par Omar : "Goungoune" qui signifie basilic, car j'en réclamais à Pape pour en mettre dans le thé...

« L’association m’a déjà donné quelques fournitures dont j’avais besoin et bientôt je serai parrainé. »

Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2
Je m’appelle Omar Lam, je suis élève en CE2

Un an dans cette école coûte 150€. Un parrain et Omar continue de se lever le matin à 7 heures pour aller à l’école.

Keur Mbaye Fall, Mission


Je m’appelle Malick Lo

21 Octobre 2014, 20:17pm

Publié par Marie Deguine

« Je m’appelle Malick Lo, je suis talibé près du marché de Keur Mbaye Fall et j’ai huit ans. Mon village se trouve dans le Sine Saloum. Ma voix me permet de gagner quelques pièces dans les maisons du quartier. »

Malick, un enfant dont la voix nous interpelle et nous attire comme du miel.

 


Journée du Volontariat sur RTS

21 Octobre 2014, 12:48pm

Publié par Marie Deguine

La Journée du Volontariat qui a eu lieu samedi 18 octobre s'est bien déroulée et l'ambassadeur de la France au Sénégal est même venu visiter notre stand !

Journée du Volontariat sur RTS
Journée du Volontariat sur RTS
Journée du Volontariat sur RTS
Journée du Volontariat sur RTS
Journée du Volontariat sur RTS
Journée du Volontariat sur RTS

Vous pouvez d'ailleurs voir le stand d'Adpt élémen't'erres au Journal de 20h sur RTS.

 

Dakar, Mission

 


Cap puis Zig

17 Octobre 2014, 19:22pm

Publié par Marie Deguine

Troisième et dernier volet de notre périple en terres casamançaises.

Cap vers Cap et ses plages de rêve.

Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig

Repas sur la plage chez Pathé, du poisson à profusion tout simplement…tout simplement ? Repas de rêve ! Les lottes et les soles fraiches qui débordaient des seaux ont terminé dans nos assiettes puis nos estomacs. Ils ont eu raison de nous mais nos yeux se sont remplis d’étoiles… Pathé, un mec simple qui demande juste de quoi gagner assez pour se payer un peu de Yamba !...Repas sur la plage chez Pathé, du poisson à profusion tout simplement…tout simplement ? Quel repas de rêve ! Les lottes et les soles fraiches qui débordaient des seaux ont terminé quelques instants plus tard dans nos assiettes puis nos estomacs. Tous ces poissons ont eu raison de nous mais nos yeux se sont remplis d’étoiles… Pathé, un mec simple qui demande juste de quoi gagner assez pour se payer un peu de Yamba !...

Cap puis Zig
Cap puis Zig

Toutes les bonnes choses ont une fin et est arrivé le moment de rentrer sur Zig, avec un arrière-goût…d’asticots (vivants) dans la bouche ! Vive les bonnes surprises qui mettent en appétit mais permettent de ne pas payer l’addition.

Et pour terminer, est arrivé le moment de remonter sur notre paquebot.

Cap puis Zig

Et de prendre le large, pour une dernière nuit au vent du large…

Cap puis Zig
Cap puis Zig
Cap puis Zig

Tourisme, Casamance


Entre forêt et bolongs endormis

17 Octobre 2014, 19:19pm

Publié par Marie Deguine

Deuxième volet de notre périple en Casamance.

Nouvelle journée en basse Casamance et départ pour…une autre destination. Dans notre taxi, les yeux du chauffeur peinent à dépasser le volant. Nous découvrons les paysages magnifiques qui bordent la route, entre palmeraies, champs de rôniers, rizières et bolongs. A un moment, on nous dit de descendre, au bord d’une maison gardée par la gendarmerie. Bref, bizarre mais d’accord ! Nous descendons vers Edioungou. On nous escorte sur de petits chemins qui sillonnent la forêt.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Rencontre avec une famille diola, au détour d’un puits.

Oranges du Sénégal

Oranges du Sénégal

Dégustation du fruit du rônier, que les enfants mangent quand ils gardent les troupeaux de vaches la journée. Le rônier…ou encore arbre à tout faire, puisque tout est utilisé : le bois, les feuilles, la sève, les racines…

Dégustation du fruit du rônier, que les enfants mangent quand ils gardent les troupeaux de vaches la journée. Le rônier…ou encore arbre à tout faire, puisque tout est utilisé : le bois, les feuilles, la sève, les racines…

Banane-golo, soit banane-singe.

Banane-golo, soit banane-singe.

Les femmes ici font de la poterie, en mélangeant de la vase des bolongs à des coquillages pilés. Ni tour, ni four…

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Les habitations que nous croisons dans la forêt sont en terre, les toits sont faits de paille ou de tôle.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Le bombolong, téléphone diola. C’est un tronc de fromager taillé et creusé à l’intérieur. Il est utilisé pour faire passer des messages aux autres villages comme « un vieux est mort » et utilisé aussi pour les cérémonies. Personne ne sait comment le tronc est creusé !

Le bombolong, téléphone diola. C’est un tronc de fromager taillé et creusé à l’intérieur. Il est utilisé pour faire passer des messages aux autres villages comme « un vieux est mort » et utilisé aussi pour les cérémonies. Personne ne sait comment le tronc est creusé !

En Casamance, on trouve quelques projets de tourisme solidaire. Les habitants des villages ont créé des campements plus ou moins traditionnels, où l’on peut passer une nuit…ou plus si l’on veut partager l’expérience de leur vie au quotidien. Pour qui veut se perdre dans un univers isolé où tout est à découvrir, c’est à faire.

Direction le campement des Bolongs, bonne ambiance, bonne cuisine. Bien sûr, nous sommes les seuls clients.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Le temps de négocier une pirogue, d’avaler quelques cuillères de riz casamançais arrosé d’huile de palme - trésors de la région, nous partons sillonner les bolongs et redécouvrir un paysage qui nous rappelle notre séjour dans le Sine-Saloum.

Vogue ma pirogue,

Sur les bolongs endormis,

Et au travers des mangroves

Mène nos yeux ébahis.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Après une heure de pirogue, arrivée à Eloubaline, village isolé, où l’on se déchausse s’il vous plaît !

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Ici, 600 habitants, 40 cases. Un des gros problèmes du village est d’avoir de l’eau potable. On peut visiter quelques cases à impluvium. Une case à impluvium abrite plusieurs familles. Au centre de la pièce centrale, qui est un espace commun, le toit, en pente vers l’intérieur, s’ouvre pour laisser passer l’eau de pluie qui est récoltée. Cette ouverture laisse également passer la fumée des foyers.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Les murs sont noircis par des années de foyer.

Les murs sont noircis par des années de foyer.

Chaque famille de a case à impluvium a sa propre cuisine
Chaque famille de a case à impluvium a sa propre cuisine

Chaque famille de a case à impluvium a sa propre cuisine

Le grenier à riz peut être considéré comme la banque de la famille. Le riz est accumulé au fil des années et des générations, « en cas de cas ».
Le grenier à riz peut être considéré comme la banque de la famille. Le riz est accumulé au fil des années et des générations, « en cas de cas ».

Le grenier à riz peut être considéré comme la banque de la famille. Le riz est accumulé au fil des années et des générations, « en cas de cas ».

Quelques panneaux solaires, reste de projets occidentaux. Le médecin du village, formé par le gouvernement aux premiers secours, a délaissé la maison de santé pour faire les visites dans sa propre case. La maison de santé sert maintenant de lieu de recharge des portables de tous les habitants.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

La question de l’eau est un gros problème dans le village.

Entre forêt et bolongs endormis

Le village, situé sur une île, est entouré par le fleuve et les rizières.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Quelques cuves de récupération d’eau, projets occidentaux, permettent aux habitants d’avoir le peu d’eau potable dont ils ont besoin.

Des mares de récupération permettent de répondre aux autres besoins en eau des villageois.

Des mares de récupération permettent de répondre aux autres besoins en eau des villageois.

Les habitants étant presque tous animistes, on trouve des cochons. Des khaloufs ! C’est arame...mais ça donne envie !

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Le peu de couleurs que l’on trouve au sein du village sont le linge qui sèche. Il vaut mieux éviter de le faire tomber…

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Crevettes qui sèchent.

Crevettes qui sèchent.

Les enfants sont toujours omniprésents !

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

Et si cela vous intéresse de découvrir la vie des habitants d’Eloubaline, vous pouvez loger au campement Les Impluviers pour un prix dérisoire… Au programme, pêche à la crevette, au poisson, travail dans les rizières, etc. A vous de voir !

Entre forêt et bolongs endormis

Nous repartons, le niveau du fleuve Casamance a quelque peu baissé.

Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Un filet, attendant son pêcheur dans les palétuviers…

Un filet, attendant son pêcheur dans les palétuviers…

De retour au campement, nous assistons à une fête diola appelée Ekomkone, cérémonie de fin de l’hivernage et de reprise des activités due à la rentrée des classes.

L’ambiance est réchauffée par de multiples boissons, dont les plus notables sont la bière à base de pomme de cajou appelée quadjou (à gouter, vraiment !) et le rhum artisanal importé directement de Guinée-Bissau (à gouter et re-gouter. Et je vous promets que mon engouement n’est pas dû à ces mois d’abstention !)

 
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis
Entre forêt et bolongs endormis

La tête pleine de chants diolas, nous partons nous coucher. Bonsoir à tous !

 

Casamance, Tourisme

 


Journée du Volontariat Français 2014

17 Octobre 2014, 16:44pm

Publié par Marie Deguine

Nous y serons demain, pour représenter l'association Adpt élémen't'erres mais aussi pour la présentation devant jury du projet Cyber centre de Formation Adpt élémen't'erres ! Venez et croisez les doigts !

Dakar, Mission

 


Aline Sitoé Diatta, reine d'Oussouye, prêtresse, héroïne...

15 Octobre 2014, 17:23pm

Publié par Marie Deguine

Héroïne de la résistance casamançaise, cette jeune femme connut un destin hors norme. Elle est née à Kabrousse en 1920, à l’extrême Sud-Ouest de Casamance. Elle ne va pas à l’école, part travailler à Zinguichor où elle a un enfant et est âgée d’à peine 20 ans lorsqu’elle décide de se rendre à Dakar pour mieux gagner sa vie.

C’est dans cette ville, au marché Sandaga, qu’elle commence à entendre des génies lui intimer l’ordre de rentrer en Casamance pour y prêcher. C’est ici que vous pouvez commencer à faire le rapprochement avec notre Jeanne d’Arc nationale.

La jeune femme, de retour à Kabrousse, réussit à convaincre du caractère divin du message qu’elle porte. A cet âge d’or du colonialisme, elle prône la désobéissance face aux colons en même temps qu’un retour aux sources et aux traditions diolas. Elle réhabilite l’ancienne semaine diola (6 jours), développe une nouvelle religion traditionnelle avec des sacrifices et des prières, demande à son peuple de ne plus payer l’impôt aux colons, de refuser la culture d’arachide qu’ils ont imposée et les enrôlements pour la guerre. Programme politique, culturel, religieux, économique et social plutôt ambitieux pour la conjoncture de l’époque, n’est-ce pas ?

Le renouveau religieux instauré par Aline Sitoé intègre une vie dans l’au-delà pour l’âme, vie de félicité ou enfer, selon que l’âme soit bonne ou mauvaise. Elle rénove le culte des ancêtres ainsi que les cérémonies durant lesquelles la foule communie d’un même élan, sans distinction individuelle. Lors du 6è jour de la semaine diola, il est totalement interdit de travailler.

Pour la pérennité de la culture locale, elle enseigne l’importance de l’utilisation des dialectes, des tenues vestimentaires traditionnelles, des outils agricoles et autres savoir-faire. Elle fait comprendre l’importance du passé pour comprendre le présent et préparer le futur.

Aline Sitoé appelle à une communion des cœurs entre les villages car il est bien connu que l’union fait la force, n’est-ce pas ? Elle prône donc la paix entre les frères et la solidarité allant au-delà des différences de religion. Une cérémonie mettant en avant la charité est alors remise en place, cela pour lutter contre la faim…et l’individualisme.

Elle prêche la consommation des produits locaux, comme le riz de Casamance à l’instar du riz Thaï, ou encore le miel à l’instar du sucre industriel. Sa politique anti-arachide a du être la poussière qui a irrité un peu trop les narines des français. Un homme à abattre, ou plutôt une jeune femme à abattre car la rébellion qu’elle dirigeait pouvait faire basculer toute une économie.

Elle est donc arrêtée et déportée au Mali, où elle meurt à l’âge de 24 ans, en 1944.

Aline Sitoé Diatta, reine d'Oussouye, prêtresse, héroïne...
Culture, Casamance

 


Kassoumaye

15 Octobre 2014, 11:39am

Publié par Marie Deguine

« Kassoumaye »

« Kassoumaye kep »

La Casamance est une région du Sénégal mais isolée du reste du pays. Située entre la Gambie et la Guinée-Bissau, on appelle Basse-Casamance la région de l’estuaire du fleuve Casamance jusqu’à Zinguichor ; la moyenne Casamance est au centre, dans la région de Sedhiou et à l’Est se trouve la haute Casamance, la région de Kolda. On a beaucoup entendu parler des rebelles qui ont sévi dans la région en 2011-2012, pour gagner l’indépendance. C’est à présent plus calme, et pour les touristes que nous sommes, il suffit normalement de ne pas s’aventurer sur des plates-bandes qui nous seraient hostiles.

Kassoumaye

Nous nous sommes rendus quelques jours en basse Casamance, entre Zinguichor et Cap Skirring, à la rencontre des Diolas. Ce fut un séjour vraiment inoubliable que je vais essayer de vous faire partager.

Grâce à la pluie abondante, la Casamance est ce que l’on peut appeler le grenier du Sénégal. On y trouve des arbres fruitiers et des rizières en pagaille. Attention, le riz de Casamance n’a rien à voir avec les brisures de riz thaïlandais importé que l’on cuisine dans le reste du Sénégal…un régal !

Aller en Casamance se mérite. Plusieurs solutions : la route, les airs ou la mer. La première, moins sure, la seconde, plus chère, nous optons pour le bateau Aline Sitoe Diatta, plus dans nos cordes.

L'Aline Sitoé Diatta, du nom de la Jeanne d'Arc de la Casamance, héroïne, prêtresse et reine.

L'Aline Sitoé Diatta, du nom de la Jeanne d'Arc de la Casamance, héroïne, prêtresse et reine.

Un conseil, réservez plusieurs semaines à l’avance. Au départ du paquebot – tiens-donc, les racines marseillaises que je n’ai heureusement pas se réveillent, à moins que ce ne soit mes globules rouges de campagnarde - des contrôles à n’en plus finir…ce serait plus rapide de se faire tatouer et le passeport et le billet sur le front… A un moment, le bateau quitte enfin le port. Instant d’émotion caché par la nuit tombante, quitter Dakar me fait plonger dans l’avenir, après ces deux mois qui nous restent et au bout desquels nous devrons mettre les voiles… Un avant-goût du déchirement qui nous attend de pied ferme. Super, on va bien se marrer…

Sur le bateau, quelques écriteaux sur la propagation de la « fièvre hémorragique à virus Ebola » :

Kassoumaye

On doit arriver à destination le lendemain. Nuit passée en mer, et selon la classe choisie, en couchette ou sur un siège. Pour ma part, j’ai délaissé le siège et la clim extra-forte de l’intérieur pour le pont et l’air frais du large. Rien de mieux que les frissons procurés par le battement du vent mari, même si c’est un peu dur comme matelas !

Au matin, on aperçoit les côtes, Gambie ou Casamance ?

Kassoumaye

A l’estuaire, ou encore, l’embuscade du fleuve, comme on dit ici, des dauphins jouent dans l’écume du bateau. Un délice pour les quatre filles que nous sommes, nous poussons des cris que même les marins restés au port de Dakar doivent percevoir.

Kassoumaye

Arrêt express de notre paquebot sur l’île de Carabane, un endroit qui parait hors du temps où on aimerait bien s’y arrêter pour une nuit au calme. Mais notre route ne s’arrête pas là, nous descendons au prochain arrêt : Zinguichor, ancienne ville coloniale, Zig pour les intimes.

Ce sont des rues désertes, souvent inondées de nids de poules, bordées d’herbe digne de la belle Normandie et d’anciens bâtiments datant d’une époque révolue. C’est triste et apaisant d’y déambuler mais je vous avoue que la phrase que nous retiendrons de Zig c’est « Boooon...qu’est-ce qu’on fait ?... »

Kassoumaye
Kassoumaye
Kassoumaye
Kassoumaye
Kassoumaye

Nous partons nous baigner sur une plage, mais nos ardeurs sont vite stoppées. Voyez plutôt.

Kassoumaye

Néanmoins, un bon moment passé au milieu des pirogues et des quelques pêcheurs…à se demander quand la pluie allait nous tomber dessus !

Kassoumaye
Kassoumaye
Kassoumaye
Kassoumaye
Kassoumaye
Kassoumaye

Zig, une ville endormie à rajouter sur la liste...

Voici pour notre première étape dans cette magnifique région à découvrir

Tourisme, Casamance

L'enfant a droit...

14 Octobre 2014, 15:30pm

Publié par Marie Deguine

L'enfant a droit...

“L'enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins aux niveaux élémentaires. Il doit bénéficier d'une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permette, dans des conditions d'égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel et son sens des responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre utile de la société.”

(Extrait du principe 7 de la Déclaration des droits de l enfant 20 novembre 1959)

L'enfant a droit...

“L'enfant doit avoir toutes possibilités de se livrer à des jeux et à des activités récréatives, qui doivent être orientés vers les fins visées par l'éducation; la société et les pouvoirs publics doivent s'efforcer de favoriser la jouissance de ce droit.”

(Extrait du principe 7 de la Déclaration des droits de l enfant 20 novembre 1959)

L'enfant a droit...

“Les Etats parties à la présente Convention,

Rappelant que, dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, les Nations unies ont proclamé que l'enfance a droit à une aide et à une assistance spéciales,

[Sont] convaincus que la famille, unité fondamentale de la société et milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres, et en particulier des enfants, doit recevoir la protection et l'assistance dont elle a besoin pour pouvoir jouer pleinement son rôle dans la communauté,

Reconnaiss[ent] que l'enfant, pour l'épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d'amour et de compréhension,

Considèr[ent] qu'il importe de préparer pleinement l'enfant à avoir une vie individuelle dans la société, et de l'élever dans l'esprit des idéaux proclamés dans la Charte des Nations unies, et en particulier dans un esprit de paix, de dignité, de tolérance, de liberté, d'égalité et de solidarité. “

(Extrait de la convention internationale relative aux droits de l’enfant de 1989)

L'enfant a droit...

“Les Etats africains membres de l'Organisation de l'unité africaine parties à la présente Charte :

Not[ent] avec inquiétude que la situation de nombreux enfants africains due aux seuls facteurs socio-économiques, culturels, traditionnels, de catastrophes naturelles, de poids démographiques, de conflits armés, ainsi qu'aux circonstances de développement, d'exploitation, de la faim, de handicaps, reste critique et que l'enfant, en raison de son immaturité physique et mentale, a besoin d'une protection et de soins spéciaux.

Reconnaiss[ent] que l'enfant occupe une place unique et privilégiée dans la société africaine et que, pour assurer l'épanouissement intégral et harmonieux de sa personnalité, l'enfant devrait grandir dans un milieu familial, dans une atmosphère de bonheur, d'amour et de compréhension. “

(Extrait de la Charte africaine sur les droits et le Bien-être de l'Enfant.)

L'enfant a droit...
 

Module de Recherche

Twitter

Faire un don sécurisé

Lettre mensuelle

Inscrivez-vous à la lettre de courriel mensuelle



Suivez nous sur Facebook